QUARTIERS DE JAMBES/ERPENT & BELGRADE

NOUVEAU RÉSEAU DEPUIS LE 1ER JANVIER 2018

Depuis 1er janvier 2018, un nouveau réseau de bus dans les quartiers de Namur, Belgrade et Jambes-Erpent est mis en œuvre. Ce réseau de transport public a été établi en prenant en compte l’avis des Namurois durant le premier trimestre de l’année 2017. Il a déjà été présenté le 2 mai dernier à la population, en collaboration avec la Ville de Namur.

Pourquoi ces changements ?

Le projet NAM’IN MOVE, fruit d’une collaboration entre la Wallonie, le TEC et la Ville de Namur a pour objectif de répondre à deux enjeux majeurs :

> enjeu démographique : Namur comptera 12.500 habitants supplémentaires d’ici 2025
> enjeu de santé publique : chaque année en Europe, 500.000 décès prématurés sont causés par la pollution de l’air.

Afin de favoriser le recours aux transports en commun, plusieurs objectifs sont visés à travers les modifications à venir au 1er janvier 2018 :

  • Fiabiliser et diminuer les temps de parcours des bus sur les axes principaux, là où ils sont très pénalisés (les temps de parcours sur certains tronçons actuels de la ligne 8 varient du simple au triple pour une même tranche-horaire)
  • Améliorer la lisibilité du plan du réseau, par exemple là où il existe aujourd’hui 3 itinéraires différents entre la gare de Namur et le centre de Jambes
  • Proposer de nouvelles liaisons entre la gare de Namur et la Place de la Wallonie à Jambes afin d’offrir une intermodalité bus-train optimale aux milliers de navetteurs
  • Mieux desservir l’Est de la Corbeille en pleine mutation (développement du site des Casernes, du Conservatoire, …)
  • Intégrer les développements urbanistiques en cours dans les quartiers
  • Intégrer les stations de rechargement rapide des bus hybrides électriques aux terminus, avec comme objectif une réduction de l'ordre de 70% de la consommation de gasoil
  • Faciliter l’intermodalité entre tous les modes de transport

Ces objectifs seront atteints tout en maintenant d'une part un service de proximité approprié et, d'autre part, en proposant une augmentation de l'offre de l'ordre de 2,5% dans le cadre de l'enveloppe budgétaire actuelle. 

Le réseau urbain de Namur s’inscrit dès lors dans une démarche volontariste, à l'instar d’autres villes en Europe.

Les résultats des bus hybrides électriques sont, à ce titre, très encourageants : les 11 premiers bus ont réalisé 374.000 Km sur les 10 premiers mois de 2017 , induisant une réduction d’émissions de quelque 200 tonnes de CO2 grâce à une diminution de la consommation de diesel de plus de 70.000 litres.

L’enquête participative

Pour réaliser ce nouveau plan du réseau, le TEC a sondé les citoyens entre janvier et avril 2017 à travers un processus informatif et participatif comprenant :

  • des séances d’Infobus et une exposition au Pavillon de l’Aménagement Urbain.
  • un questionnaire en ligne sur le site naminmove.be avec 3 propositions initiales (500 répondants)
  • quatre ateliers participatifs avec un panel de citoyens volontaires.

Alimenté par les réponses à l’enquête, la connaissance de leur quartier et les échanges avec leur entourage, le panel de citoyens a enrichi les propositions initiales du TEC (voir annexe « Plan du réseau au 1er janvier 2018 ») . Ainsi, 82 % des 500 remarques reçues suite au questionnaire en ligne ont été totalement prises en compte, 17 % partiellement. Seul 1 % des remarques n’a pu recevoir de réponse favorable.

Concrètement, le réseau au 1er janvier, ce sera notamment :

  • la ligne A qui remplace la ligne 8, plus directe entre les pôles, avec autant voire jusqu'à deux fois plus de fréquence aux arrêts à haut potentiel 
  • des lignes de proximité (54, 80) avec une fréquence similaire à la situation actuelle
  • des lignes de renfort (54R, 8R) aux heures scolaires
  • une desserte du centre-ville toujours possible avec de nombreuses lignes et des correspondances aisées pour ceux qui le souhaitent, à la Place de la Wallonie à Jambes ou à la gare de Namur, comme c’est déjà le cas pour beaucoup de lignes de bus
  • la ligne 1, fusion des lignes 1 et 1b (sans impact sur le nombre de parcours) avec un itinéraire plus classique entre Namur et Jambes, comme les lignes 2 et 9 (centre-ville puis Pont de Jambes)
  • des liaisons plus rapides et plus fréquentes entre la gare de Namur et Jambes, via la rue Rogier et le Pont des Ardennes
  • très peu de modification d’arrêts : un arrêt est déplacé à Belgrade (Cité Militaire), à Namur (Boulevard I.Brunell) ainsi qu’à Jambes (Cimetière et Belle-Vue).  Un nouvel arrêt est créé au nord du quartier de La Sauge à Jambes, offrant une proximité de service inexistante jusqu’à présent et un arrêt est également créé Avenue Bovesse.
  • afin d'offrir une fréquence de 7 minutes vers Jambes en heure de pointe avec la ligne 65 à la gare de Namur, la ligne A embarque au quai D comme la ligne 65.  En raison du manque de place, l'embarquement de la ligne 5 vers Plomcot/Beez se fait au Quai C.

Plus d’informations

               - à Namur: le 6/01 (8h - 13h) sur le marché (Quai "Porte de Fer" en face du Parc Léopold)

               - à Jambes/Erpent: le 11/01 (16h30 - 19h) sur le parking du cimetière

               - à Belgrade: le 8/01 (10h -13h) sur la Place du Bia Bouquet.

Réseau
Contactez-nous
Nora Sli Responsable Communication, TEC Namur-Luxembourg
Nora Sli Responsable Communication, TEC Namur-Luxembourg
A propos de TEC Namur-Luxembourg

Le TEC Namur-Luxembourg, c'est :  

  • 25,9 millions de voyageurs transportés par an 
  • 29 396 355 de kilomètres parcourus en une seule année (régie, loueurs et transport scolaire confondus) 
  • 309 lignes de bus pour les deux provinces
  • 372 autobus (régie TEC) et 238 autobus (loueurs), soit un total de 610 véhicules. 
  • Près de 1300 collaborateurs


TEC Namur-Luxembourg
Avenue de Stassart 12
5000 Namur
081/25.35.55